La transpiration

Publié par dans Uncategorized sur 12 décembre 2015 0 commentaires

La sudation est un phénomène naturel destiné à réguler la température corporelle. Sous l’effet d’une forte chaleur lors de la pratique d’un effort physique, d’une grande montée de stress ou l’été tout simplement, par les pores s’échappe une faible quantité d’eau et de toxines, ce qu’on appelle la transpiration afin de rafraîchir le corps. Au fil des siècles, l’hygiène est devenue de plus en plus essentielle, jusqu’à ce que les odeurs corporelles soient considérées comme inacceptables. Aujourd’hui, l’usage d’un déodorant est largement répandu. Pourtant différents types de méthodes, naturelles ou chimiques, existent. Tour d’horizon des options pour lutter contre la transpiration et ses désagréments.

 

1 – Les méthodes naturelles pour lutter contre la transpiration

 

De plus en plus répandues, les alternatives naturelles ont bonne presse notamment depuis que des scandales sanitaires ont mis à jour un lien possible entre le sel d’aluminium présent dans les déodorants et la hausse des cancers du sein chez les femmes.

 

  • le bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude fin que l’on trouve dans les échoppes bio est idéal pour éliminer les mauvaises odeurs liées à la transpiration. Il suffit chaque matin d’en frotter une petite quantité sur ses aisselles, ou toute autre partie du corps où l’on souhaite éliminer les odeurs comme les pieds par exemple. Le bicarbonate de soude n’empêche pas la transpiration mais limite les senteurs indésirables.

  • la pierre d’alun

Un autre grand classique des méthodes naturelles pour remplacer les déodorants vendus dans le commerce : la pierre d’alun. Il s’agit d’une pierre que l’on peut se procurer dans les supermarchés green. Une fois humidifiée, on peut l’appliquer sur ses aisselles. Elle est censée limiter les mauvaises odeurs durant 24h.

  • les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont une alternative intéressante au déodorant. L’HE de palma rosa par exemple est souvent recommandée pour lutter contre la transpiration de manière naturelle. Pourtant, il convient d’être prudent avec les huiles essentielles. D’une part, on déconseille leur usage aux femmes enceintes. D’autre part, elles peuvent déclencher des réactions cutanées particulièrement désagréables chez certains individus sensibles.

 

2 – Les méthodes chimiques

 

Plus classiques, très efficaces mais parfois controversées, les solutions contre la transpiration vendues dans le commerce n’en restent pas moins une vraie option. Il convient de différencier les divers types d’anti-transpiration qui existent.

 

  • les déodorants

Il s’agit de la forme la plus classique pour lutter contre la transpiration, ou plus exactement pour neutraliser les odeurs désagréables consécutives au phénomène de sudation. Qu’ils se présentent sous forme de spray, de stick ou de crème, les déodorants ont pour but de limiter les odeurs et non d’empêcher la sudation.

 

  • les anti-transpirants et anti-perspirants

A l’inverse, les anti-transpirants ou anti-perspirants comme leurs noms l’indiquent sont employés pour empêcher la transpiration ou la limiter dans le cas de personnes souffrant d’hyperhidrose (sudation excessive). Or, bien que beaucoup rêvent de se débarrasser de toute forme de transpiration, comme dit précédemment la sudation est un phénomène naturel qui au-delà de sa fonction de régulatrice de la température du corps évacue les toxines présentes dans l’organisme. Alors si l’on bloque le processus de transpiration, on emmagasine nombre de toxines sans pouvoir les éliminer. Ce n’est pas pour rien que dans certaines cultures, le sauna et le hammam sont très prisés… Les anti-transpirants sont donc à utiliser avec parcimonie, lors d’occasions spéciales par exemple, mais pas au quotidien.

 

  • le botox contre la transpiration

Encore plus extrême, les opérations pour arrêter de transpirer. De plus en plus répandue aux Etats-Unis, les femmes ont recours à des injections de toxine botulique (botox) pour limiter la sudation. La substance ayant une durée de vie limitée puisqu’elle se résorbe en environ six mois, cette solution permet donc de limiter la transpiration de façon provisoire. A savoir ? Les injections de botox sur la plante de pieds peuvent être douloureuses en raison des nombreux nerfs présents sur cette zone. A bon entendeur…