Beautelagoon parapharmacie en ligne

Archives

Publié par dans Uncategorized sur 4 janvier 2016

super-diet-acerola-cerise-30comp

Réputée pour ses effets positifs sur le système immunitaire, la vitamine C s’illustre désormais pour son rôle dans la cosmétique. Anti-âge et anti-tache, cet actif a tout bon.

Ces dernières années les chercheurs ont mis à jour les bienfaits de la vitamine C pour la peau, notamment grâce à ses propriétés anti-oxydantes qui permettent de freiner l’action des radicaux libres endommageant les tissus cutanés. En effet, les formes dérivées de la vitamine C telles que l’acide ascorbique favorisent la cicatrisation de la peau, lui permettent de mieux synthétiser le collagène et de protéger l’ADN cellulaire. Pas étonnant donc que les soins soient toujours plus nombreux à intégrer cet actif dans leur formulation.

Le fonctionnement de la vitamine C

La vitamine C fonctionne comme une barrière contre les multiples agressions extérieures qui viennent fragiliser la peau et aboutissent à son vieillissement. Pollution, tabac, rayons UVA et UVB, ainsi que le manque de sommeil mettent à mal la barrière cutanée et le renouvellement cellulaire lui-même. Toutes les peaux sont concernées par ces facteurs exogènes et peuvent donc profiter des bienfaits de la vitamine C, des peaux jeunes au peaux matures.

Les fumeurs y trouveront une molécule idéale pour freiner la progression des radicaux libres. En effet, la cigarette entraîne une production anormale de radicaux libres et engendre donc le vieillissement prématuré des tissus sous l’effet de l’oxydation. A plus court-terme, on observe même un éclaircissement du teint appréciable pour les peaux souffrant de l’abus de nicotine. Quant aux personnes accros aux bains de soleil à répétition, elles bénéficieront de ses effets régulateurs sur la production de mélanocytes, permettant de limiter l’apparition des taches pigmentaires et autres problèmes d’hyperpigmentation. Et plus encore, car la vitamine C augmente l’efficacité des crèmes solaires que l’on applique ! Les peaux matures, comme les peaux jeunes à la recherche de prévention, y trouveront également une excellente aide pour ralentir le processus de vieillissement cutanée et de gagner en éclat du teint. Sans oublier un autre de ses principaux atouts : l’action stimulante sur la production de fibroplastes qui permet à la peau de conserver son élasticité.

Alors, comment profiter des effets de la vitamine C ? Sous forme de crème, de sérum, de compléments alimentaires ou tout simplement via une alimentation riche en vitamine C, tous les moyens sont bons. Si l’on opte pour une crème de jour ou de nuit, il est recommandé de privilégier les formules contenant au minimum 5% d’acide ascorbique afin d’observer des effets dans les six mois. Rares sont les marques qui indiquent la concentration sur les emballages, pour cela on conseille d’opter pour les compositions où la vitamine C figure en tête de liste. Côté sérum, les bénéfices sont identiques, à la différence près que les formulations permettent souvent d’avoir de l’acide ascorbique, et tous les autres dérivés, de façon bien plus concentrée que dans les crèmes hydratantes. Un point fort en faveur des sérums donc.

Cela étant, l’idéal reste de coupler des soins cosmétiques à une alimentation riches en vitamine C, car c’est dans notre assiette que l’on trouve le plus grand apport : kiwi, orange, pamplemousse, citron, goyave, tomates, petits pois, les sources sont nombreuses aussi bien dans les légumes que dans les fruits. Une combinaison idéale pour bénéficier des effets de la vitamine C sur la peau ainsi que sur la santé. En définitive, l’acide ascorbique est essentiel pour lutter contre les effets du temps, du tabac et du soleil sur la peau. En forme à l’intérieur comme à l’extérieur, la peau est éclatante et le teint est plus frais. Un parcours sans faute pour la vitamine C !

Publié par dans Uncategorized sur 4 janvier 2016

beautelagoon-mercurochrome-eau-oxygene-10-volumes

L’eau oxygénée, également appelée peroxyde d’oxygène, possède de multiples vertus cosmétiques. Un peu tombée dans l’oubli, en raison de l’affluence des produits de beauté disponibles dans le commerce, elle faisait partie des indispensables cosmétiques de nos grand-mères et se révèle être toujours un allié de poids. Soigner une plaie, un bouton ou décolorer des poils disgracieux, tour d’horizon de ses usages beauté de l’eau oxygénée.

 

Comme son nom l’indique, l’eau oxygénée est composée d’eau et d’oxygène, sa formule chimique est H202. Incolore, la solution, légèrement moins fluide que l’eau classique, existe en différents dosages. Pour un usage cosmétique, on recommande de l’eau oxygénée à 10 volumes et du 20 volumes pour décolorer un petit duvet ou des cheveux.

Quelles sont ses vertus ?

 L’eau oxygénée a un fort pouvoir antiseptique

Autrement dit, traduit en langage beauté, elle permet de désinfecter un bouton et de stopper sa croissance. Armé d’un coton légèrement imbibé d’eau oxygénée, on peut venir tamponner doucement sur les boutons afin de les traiter et de les faire disparaître plus vite. Toutefois, il convient d’être vigilant car le produit assèche la peau. Aussi, une fois le produit sec, après quelques minutes, il faut venir le rincer délicatement avec de l’eau florale par exemple.

L’eau oxygénée possède également des vertus blanchissantes

Elles s’appliquent aussi bien à la peau (en traitement localisée) qu’aux dents. Dans ce dernier cas, on peut ajouter quelques gouttes à son dentifrice, 1 à 2 fois par semaine maximum, afin de blanchir les dents. Certains utilisent l’eau oxygénée diluée en bain de bouche, toutefois cette utilisation peut être dangereuse si l’on n’est pas rigoureux sur le dosage. Dans le cas d’ongles jaunis ou de peau colorée, sur les doigts des fumeurs notamment, un peu d’eau oxygénée diluée dans de l’eau classique peut permettre d’avoir des ongles blancs ainsi que de faire disparaître les endroits où la peau est jaunie ou tachée. L’eau oxygénée est également un excellent produit pour faire disparaître les taches foncées dont beaucoup de femmes souffrent au niveau des aisselles. On peut l’utiliser sur une peau saine (sans plaie), propre et sèche. Avant de se servir de l’eau oxygénée, l’idéal est de faire un gommage sur la zone que l’on souhaite traiter. Après avoir effectué un rinçage ainsi qu’un séchage minutieux, on peut appliquer de l’eau oxygénée sur un linge ou un coton, que l’on laisse agir une vingtaine de minutes maximum avant de rincer la zone. L’opération peut être répétée autant de fois que nécessaire si l’on observe aucune réaction allergique, brûlure ou rougeurs anormales.

Enfin, l’utilisation la plus connue de l’eau oxygénée reste sur les cheveux et la pilosité. D’ailleurs, les décolorations et teintures capillaires contiennent du peroxyde d’hydrogène. En effet, l’eau oxygénée permet d’éclaircir des cheveux bruns ou foncés avant d’effectuer une coloration notamment. Toutefois, le peroxyde d’hydrogène assèche la fibre capillaire et la fragilise. Il convient donc de limiter son usage à quelques fois par an seulement mais également de nourrir et d’hydrater ses cheveux régulièrement avant et après l’application d’eau oxygénée. Sur le duvet, c’est une excellente alternative au gel décolorant que l’on trouve dans le commerce. En effet, sur un coton imbibé d’eau oxygénée on peut venir tapoter les zones où l’on souhaite blondir les poils. Si ces derniers sont foncés, il est préférable de réitérer l’opération plusieurs fois, en laissant quelques heures en chaque application afin de ne pas sensibiliser la peau. Attention cependant, la peau du visage étant plus fragile que celle du reste du corps, il est déconseillé d’utiliser de l’eau oxygénée sur cette zone.

Un sans-faute pour l’eau oxygénée qui tout comme le bicarbonate de soude fait partie des indispensables produits de beauté DIY.

REVLON-vernis-parfumerie-china-flower

Il est de toutes les salles de bains, sur toutes les listes d’indispensables beauté des coquettes du monde entier, le vernis à ongles est sans conteste le meilleur ami de la femme.

Alors, d’où vient-il, comment le poser et quels sont les différents types qui existent sur le marché ?

Le saviez-vous ?

Durant l’Antiquité, les reines et nobles se coloraient les ongles avec du henné, une plante riche en pigments utilisée notamment pour se teindre les cheveux dans les pays orientaux. Pourtant, le vernis à ongles tel qu’on le connaît aujourd’hui est un produit cosmétique relativement récent. En effet, c’est aux Etats-Unis, dans l’entre-deux-guerres que l’on voit apparaître le premier flacon de vernis à ongles. A l’époque, le rouge est en vogue et la tendance est est d’assortir sa manucure à son rouge à lèvres à l’instar des stars du glamour hollywoodien.

Le must ? Arborer une des ongles ovales comme Rita Hayworth. Au fil des décennies, les couleurs tendent vers toujours plus d’excentricité avec cependant de beaux succès pour les couleurs nude. Jusqu’à aujourd’hui, où le nail art connaît ses heures de gloire et se démocratise notamment grâce aux tutoriels Youtube.

Le vernis semi-permanent : une tenue à toute épreuve ?

En quête de toujours plus de tenue, ces dernières années, le vernis à ongles semi-permanent , également appelée manucure gel ou manucure UV, rencontre un franc succès.

La technique ?

Une formule mélangeant gel (polymère acrylique) et vernis que l’on applique comme d’habitude, à la différence près qu’il doit être séché durant une minute sous une lampe UV.

Résultat ?

Une manucure impeccable durant 2 à 3 semaines, selon les cas, qui résiste à tous les éléments et toutes les situations : sable, piscine, mer, vaisselle et pianotage intempestif sur un clavier d’ordinateur ou de smartphone.

Pour le retirer, la meilleure solution est de retourner en institut pour laisser une professionnelle l’ôter dans les règles de l’art. Toutefois, il est également possible de le faire chez soi en appliquant un mélange d’acétone, d’huile d’amande douce et d’eau (à acheter dans un institut) sur des cotons que l’on pose sur chaque ongle, en ajoutant du papier aluminium en papillote autour de chacun de ses doigts.

Après une quinzaine de minutes, le vernis à ongles semi-permanent s’enlève tout seul. S’il permet de jouir d’une manucure brillante et parfaite pendant plusieurs jours, le vernis semi-permanent empêche les ongles de respirer ce qui les fragilise. Aussi, on recommande de laisser quelques semaines de pause entre chaque pose de vernis. De plus en plus de kits maison existent avec une lampe UV intégrée afin de permettre à toutes les femmes de poser son vernis à ongles semi-permanent chez soi.

Pour une manucure gel réussie, un seul impératif : polir la surface de l’ongle au préalable afin de faciliter l’adhérence du vernis et avoir des ongles en bonne santé. On déconseille aux ongles déjà cassants et mous d’effectuer une manucure semi-permanente.

 En alternative, vous pouvez toujours utiliser les vernis gel !

REVLON-vernis-colorstay-gel-envy-130

  • Facile à appliquer, le vernis gel Revlon apporte une tenue similaire au gel. Rendu lisse, brillant et longue tenue.
  • 2 couches de vernis gel et une couche de top Coat gel Revlon, pour avoir une manucure comme chez un professionnel !

 Le vernis BIO ?

Côté composition, les débats sont de plus en plus nombreux sur la toxicité de certaines formules de vernis à ongles. En réaction, les gouvernements ont interdit un certain nombre d’ingrédients au premier rang desquels figurent le formaldéhyde et les phtalates. Toujours dans cet esprit de cosmétique bio et naturels, des marques de vernis green émergent, avec une promesse : des ongles colorés et brillants sans produit toxique.

Le vernis au silicium

Pour qui ?

eye-care-vernis-silicium-uree-veloureye-care-vernis-silicium-uree-bleu

Le vernis enrichi au silicium et en urée est essentiellement utilisé pour protéger les ongles en cas de traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie afin d’éviter leur chute.

Pour un bon résultat, respecter bien les recommandations d’application. Sachez que ces vernis sont plus épais afin de protéger au maximum vos ongles des UV et donc ils sont plus difficile à appliquer. Prenez votre temps la vie de vos ongles en dépend.

 

 

Mais alors comment appliquer son vernis à ongles ?

Une couche, trois couches, chacun y va de sa technique mais les professionnelles recommande :

  1. de polir la surface de l’ongle,revlon-liquide-sechage
  2. de repousser et d’hydrater les cuticules,
  3. d’appliquer une base, suivie de deux couches de vernis à ongles,
  4. puis d’un top coat pour prolonger la manucure et y ajouter de la brillance.

Autre astuce : prévoir deux heures de pose pour être certaine de ne pas endommager sa manucure en cours de séchage. Pour celles qui ne veulent pas attendre pensez à l‘accélérateur de séchage !!!

LES VERNIS SOINSEye-care-sechage-vernis

 

Pour les adeptes des ongles naturels et
soignés, il existe les vernis soins.

Si vous avez des bons ongles et que vous voulez simplement de la brillance et conserver l’éclat naturel de vos ongles, utiliser simplement une base qui protège et fait briller l’ongles.

 

 

Eye-care-vernis-soin-lissant

 

 

Alors que la slow cosmétique se démocratise, les huiles essentielles connaissent leurs heures de gloire. Apaisantes, relaxantes, thérapeutiques mais aussi cosmétiques, on leur reconnaît de multiples bienfaits. Qu’elles soient utilisées en cosmétique ou encore en aromathérapie, leurs effets sont bien réels mais demandent une certaine maîtrise.
Les huiles essentielles (HE) sont employées depuis l’Antiquité. En effet, on trouve des traces de leur usage chez les Egyptiens lors des processus d’embaumement ainsi que durant les cérémonies religieuses. Elles sont obtenues le plus souvent par distillation de plantes aromatiques, il s’agit donc d’un élixir précieux, ce qui explique son coût, mais également d’une substance concentrée extrêmement active, qui demande des précautions d’emploi. Certaines s’emploient diluées afin d’être appliquées par voie cutanée ou absorbées par voie orale; on peut également les intégrer à des préparations cosmétiques ou les diffuser à l’aide d’un brumisateur ou d’un diffuseur prévu à cet effet. Chaque huile essentielle a ses propres propriétés et ses bienfaits. Si l’on souhaite, préparer ses cosmétiques à la maison, le plus simple reste de se référer à des livres spécialisés afin de parvenir à maîtriser leurs usages. Les molécules très actives qu’elles contiennent en font des ingrédients puissants mais parfois instables.

Compresse, friction ou encore massage, les possibilités en application cutanée sont multiples. Dans la majorité des cas, il est cependant recommandé de les diluer avec une huile végétale qui va servir alors de support. Pour les soins visages, la concentration la plus courante est de 1 à 3% d’huile essentielle. Elles permettes de purifier, de stopper une inflammation cutanée, de faciliter la cicatrisation, mais aussi de resserrer les pores. Principal point fort ? Les molécules extra-fines qui composent les huiles essentielles sont optimales pour traverser la barrière cutanée et donc agir rapidement et profondément sur la peau.

 

Top 5 des huiles essentielles les plus utilisées en cosmétique

 

– Tea tree (Melaleuca alternifolia)

L’huile essentielle de tea tree (arbre à thé) est un must have pour combattre les et accélérer leur disparition. A appliquer de façon localisée, à l’aide d’un coton imbibé de quelques gouttes par exemple. Plus largement, l’hydrolat d’arbre à thé détient des vertus purifiantes qui sont utiles pour lutter contre les odeurs corporelles mais également pour assainir le cuir chevelu.

 

  • Palma Rosa (cymbopogon martinii var. Motia)

Grâce à son odeur entêtante, l’huile essentielle de palma rosa est recommandée pour lutter contre les odeurs indésirables. Aussi, elle figure en tête de liste des recettes pour remplacer son déodorant de façon naturelle. Bon à savoir : il est également possible de l’utiliser pure directement sur une peau propre et saine (sans plaie).

 

  • Lavande (Lavandula angustifolia)

L’huile essentielle de lavande détient des propriétés apaisantes et calmantes idéales pour les peaux réactives. Tolérée par le plus grand nombre, elle peut être utilisée dans de nombreux cas : stress, piqûres d’insectes, plaies, brûlures, etc. Son usage le plus répandu reste sans conteste pour faciliter l’endormissement; notamment en mettant quelques gouttes sur l’oreiller avant de se coucher.

 

  • Laurier noble (Laurus nobilis)

Grâce à ses vertus drainantes, l’huile essentielle de laurier noble est fréquemment utilisée pour lutter contre la cellulite ainsi que pour éliminer la peau d’orange, mais plus largement pour tonifier la peau. En outre, elle permet également de lutter contre les problèmes d’acné. Attention cependant, elle doit impérativement être diluée dans une huile végétale avant d’être appliquée sur la peau.

 

  • Eucalyptus radiata

Pour des cheveux brillants et forts mais également pour lutter contre les pellicules, l’huile essentielle d’eucalyptus radiata, à diluer dans l’eau de rinçage de son shampooing, est idéale. Le conseil en plus ? Ajouter quelques micro-gouttes d’huile essentielle d’ylang-ylang, une substance rare donc précieuce, prisée pour son odeur.

Publié par dans Uncategorized sur 12 décembre 2015

Tout le monde en a, les femmes les chouchoutent et les colorent, pourtant que sait-on vraiment des ongles et comment les entretenir correctement ? Eléments de réponses.

Les ongles sont constitués de kératine, une protéine également présente dans les cheveux, qui est produite par la matrice située à la base de l’ongle. Ils sont naturellement transparents d’où leur couleur rosée puis blanche sur l’extrémité. C’est pour cette raison qu’ils peuvent se colorer facilement au contact de certaines substances, comme le tabac ou les vernis à ongles. En effet, une consommation abusive de cigarettes peut être à l’origine d’un jaunissement des ongles, notamment sur ceux régulièrement exposés au tabac. Idem avec les manucures à répétition qui lorsqu’elles sont enchaînées sans pause et surtout sans base appliquée au préalable, altèrent la couleur de l’ongle. En cause ? Les pigments contenus dans les vernis. Il arrive également que certains ongles présentent des anomalies qui se manifestent par de petites taches blanches suite à un choc ou à un traumatisme par exemple un accident, une chute ou un simple coup. L’usage du coupe-ongles est déconseillé car il cause un choc et fragilise l’ongle. C’est pourquoi on lui préférera une lime à ongles que l’on utilise en limant par gestes allant de l’extérieur vers l’intérieur afin de limiter les risques de dédoublement. Une fois que l’on sait tout ça comment concrètement prendre soin de ses ongles ?

Avoir de beaux ongles passe tout d’abord par une hygiène irréprochable car les ongles peuvent être un nid à microbes surtout lorsqu’ils sont longs. Après chaque lavage de mains, l’application d’une crème hydratante est recommandée pour éviter sécheresse et peaux disgracieuses. Lors de cette étape, on en profite pour masser ses cuticules avec un peu d’huile ou de crème hydratante. Les cuticules sont ces petites peaux qui recouvrent la base de l’ongle, elles sont plus ou moins présentes selon les personnes. Lors d’une manucure, il convient de repousser les cuticules lorsque cela est nécessaire et de les hydrater. Ensuite, on peut appliquer une base de vernis qui permet de protéger les ongles des pigments, de les fortifier mais également de faciliter l’application du vernis à ongles et sa tenue.

– Les ongles jaunis

Quelques remèdes de grand-mère ont fait leur preuve pour lutter contre les ongles jaunis. Un bain d’eau tiède auquel on ajoute une à deux cuillères à café de bicarbonate de soude et quelques gouttes de jus de citron est très efficace notamment. Certains préfèrent frotter leurs ongles avec un coton imbibé de vinaigre blanc, une solution odorante mais blancheur garantie. Toutefois comme dit précédemment, le plus souvent ce sont les pigments des vernis à ongles, rouges notamment, qui sont en cause. D’où l’importance de ne pas oublier de poser une base au préalable. En outre, une couleur jaunâtre sur un ou plusieurs ongles peut être le symptôme d’une maladie infectieuse comme un champignon ou une mycose. Aussi, il ne faut pas hésiter à demander un diagnostic médical en cas de doute.

  • Les ongles striés

Lorsque les ongles présentent des irrégularités de surface suite à un choc notamment, on peut utiliser un polissoir afin d’éliminer les aspérités et de faciliter la pose et la tenue du vernis à ongles.

– Les ongles fragiles

Comment lutter contre les ongles fragiles et cassants ? L’huile de ricin massée quotidiennement est une bonne solution. Celles qui souffrent d’ongles cassants appliqueront également une base durcissante à base de vitamines A et E. L’alimentation joue elle aussi un rôle essentiel dans la santé de vos ongles. Au-delà des vitamines précédemment citées, une carence en fer, en protéines, en zinc et en calcium peut être à l’origine d’ongles cassants, jaunâtres et striés.

Publié par dans Uncategorized sur 12 décembre 2015

La sudation est un phénomène naturel destiné à réguler la température corporelle. Sous l’effet d’une forte chaleur lors de la pratique d’un effort physique, d’une grande montée de stress ou l’été tout simplement, par les pores s’échappe une faible quantité d’eau et de toxines, ce qu’on appelle la transpiration afin de rafraîchir le corps. Au fil des siècles, l’hygiène est devenue de plus en plus essentielle, jusqu’à ce que les odeurs corporelles soient considérées comme inacceptables. Aujourd’hui, l’usage d’un déodorant est largement répandu. Pourtant différents types de méthodes, naturelles ou chimiques, existent. Tour d’horizon des options pour lutter contre la transpiration et ses désagréments.

 

1 – Les méthodes naturelles pour lutter contre la transpiration

 

De plus en plus répandues, les alternatives naturelles ont bonne presse notamment depuis que des scandales sanitaires ont mis à jour un lien possible entre le sel d’aluminium présent dans les déodorants et la hausse des cancers du sein chez les femmes.

 

  • le bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude fin que l’on trouve dans les échoppes bio est idéal pour éliminer les mauvaises odeurs liées à la transpiration. Il suffit chaque matin d’en frotter une petite quantité sur ses aisselles, ou toute autre partie du corps où l’on souhaite éliminer les odeurs comme les pieds par exemple. Le bicarbonate de soude n’empêche pas la transpiration mais limite les senteurs indésirables.

  • la pierre d’alun

Un autre grand classique des méthodes naturelles pour remplacer les déodorants vendus dans le commerce : la pierre d’alun. Il s’agit d’une pierre que l’on peut se procurer dans les supermarchés green. Une fois humidifiée, on peut l’appliquer sur ses aisselles. Elle est censée limiter les mauvaises odeurs durant 24h.

  • les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont une alternative intéressante au déodorant. L’HE de palma rosa par exemple est souvent recommandée pour lutter contre la transpiration de manière naturelle. Pourtant, il convient d’être prudent avec les huiles essentielles. D’une part, on déconseille leur usage aux femmes enceintes. D’autre part, elles peuvent déclencher des réactions cutanées particulièrement désagréables chez certains individus sensibles.

 

2 – Les méthodes chimiques

 

Plus classiques, très efficaces mais parfois controversées, les solutions contre la transpiration vendues dans le commerce n’en restent pas moins une vraie option. Il convient de différencier les divers types d’anti-transpiration qui existent.

 

  • les déodorants

Il s’agit de la forme la plus classique pour lutter contre la transpiration, ou plus exactement pour neutraliser les odeurs désagréables consécutives au phénomène de sudation. Qu’ils se présentent sous forme de spray, de stick ou de crème, les déodorants ont pour but de limiter les odeurs et non d’empêcher la sudation.

 

  • les anti-transpirants et anti-perspirants

A l’inverse, les anti-transpirants ou anti-perspirants comme leurs noms l’indiquent sont employés pour empêcher la transpiration ou la limiter dans le cas de personnes souffrant d’hyperhidrose (sudation excessive). Or, bien que beaucoup rêvent de se débarrasser de toute forme de transpiration, comme dit précédemment la sudation est un phénomène naturel qui au-delà de sa fonction de régulatrice de la température du corps évacue les toxines présentes dans l’organisme. Alors si l’on bloque le processus de transpiration, on emmagasine nombre de toxines sans pouvoir les éliminer. Ce n’est pas pour rien que dans certaines cultures, le sauna et le hammam sont très prisés… Les anti-transpirants sont donc à utiliser avec parcimonie, lors d’occasions spéciales par exemple, mais pas au quotidien.

 

  • le botox contre la transpiration

Encore plus extrême, les opérations pour arrêter de transpirer. De plus en plus répandue aux Etats-Unis, les femmes ont recours à des injections de toxine botulique (botox) pour limiter la sudation. La substance ayant une durée de vie limitée puisqu’elle se résorbe en environ six mois, cette solution permet donc de limiter la transpiration de façon provisoire. A savoir ? Les injections de botox sur la plante de pieds peuvent être douloureuses en raison des nombreux nerfs présents sur cette zone. A bon entendeur…

 

 

Publié par dans Uncategorized sur 12 décembre 2015

Crèmes, peeling, lifting, injection, les solutions anti-âges sont nombreuses, pourtant parmi cette multitude d’options, l’acide hyaluronique serait selon certains spécialistes le meilleur des anti-rides. Il peut-être soit injecté par les dermatologues de façon locale, en guise d’alternative aux injections de botox; soit intégré dans la formulation d’un soin cosmétique. Acide hyaluronique vs botox, on compte les points.

Les injections d’acide hyaluronique

Chaque individu naît avec un stock d’acide hyaluronique, principalement concentré dans le derme. Or, avec les années, ce capital s’épuise sous l’effet conjoint de la surproduction de radicaux libres (pollution, rayons UV et tabac) et des années qui passent. On estime qu’à 50 ans un individu a déjà dépensé plus de la moitié de ses réserves en acide hyaluronique naturel. Alors lorsque sa concentration chute que faire ? Il est possible d’avoir recours aux injections d’acide hyaluronique afin de combler les rides et de lutter contre le vieillissement de la peau, sur le modèle des injections de toxine botulique (Botox). En effet, les scientifiques ont mis au point une substance de synthèse biodégradable qui permet de pallier au manque d’acide hyaluronique de la peau. L’avantage ? Ce type d’injections permet de booster la production naturelle de la peau en collagène ainsi qu’en acide hyaluronique. En effet, c’est un véritable cercle vertueux car au contact de la substance de synthèse la peau se remet à produire naturellement les molécules nécessaires au ralentissement de son vieillissement. La substance de synthèse se présente sous deux formes distinctes. Elle peut être soit réticulée, c’est-à-dire dense, ou non-réticulée et donc plus fluide. La première donne un résultat durable de six à neuf mois, mais avec un rendu plus figé et moins naturel. Tandis que la seconde permet un résultat plus discret mais se résorbe plus rapidement, environ trois mois. Certaines zones du visage sont particulièrement propices aux injections d’acide hyaluronique, comme les sillons naso-géniens, les rides du lion, le front ainsi que le pourtour des lèvres. Après la séance, les zones concernées peuvent rougir légèrement et gonfler; de petites croûtes apparaissent parfois, mais rien qui ne puisse être dissimulé avec un peu de maquillage. Toutefois, il est nécessaire d’éviter toute exposition solaire pendant quelques jours après l’injection. En comparaison avec la toxine botulique, le principal avantage de l’acide hyaluronique est d’être moins allergène et de produire un effet plus durable.

Les crèmes à l’acide hyaluronique

Côté soin cosmétique, l’acide hyaluronique de synthèse contenu dans les crèmes est moins concentré. Cependant, si l’effet est moins évident qu’avec les injections, certaines formules permettent de booster la production naturelle de collagène et d’acide hyaluronique, avec des résultats tout à fait probants. Ces crèmes ont pour effet d’apporter des molécules qui viennent combler l’espace entre les cellules afin de donner à la peau un aspect lisse et rebondi. Au-delà de son effet anti-âge, l’acide hyaluronique a un fort pouvoir hydratant. En effet, il permet de retenir l’eau dans les tissus, ce qui en fait un excellent agent dans les crèmes à destination des peaux déshydratées et ternes. Autrement dit, pas besoin d’avoir une peau mature pour utiliser un soin (sérum, crème voire masque) à base d’acide hyaluronique, en prévention il est adapté à toutes les peaux. Toutefois, les peaux sèches, qui ont besoin de gras et non d’eau, devront appliquer une crème épaisse en complément.

Doté d’un fort pouvoir anti-oxydant, l’acide hyaluronique est sans conteste un allié de poids pour lutter contre le vieillissement et la relâchement de la peau. Grâce à sa capacité à retenir l’eau dans les tissus, il permet également de lutter contre les ridules de dessèchement. A utiliser en prévention dès 25 ans pour prévenir et ralentir les effets du temps sur la peau.

Publié par dans Uncategorized sur 12 décembre 2015

La French Manucure (littéralement « manucure à la Française ») est apparue dans les années 1970, aux Etats-Unis. Outre-Atlantique, cette mise en beauté popularisée par les célébrités a été baptisée ainsi en référence à son résultat discret et sophistiqué qui évoquerait le style des Françaises. En pratique, la French Manucure désigne les manucures réalisées avec un trait blanc sur l’extrémité de l’ongle. C’est un embellissement de l’ongle plus qu’une simple pose de vernis puisqu’il s’agit d’amplifier le rose et le blanc naturels de l’ongle afin de créer davantage de contrastes et donner un résultat propre et net. Conseils pour réussir sa French Manucure, en deux ou trois coups de pinceaux (ou presque).

Comme dans toute manucure, l’étape de la préparation est cruciale pour assurer un résultat esthétique mais aussi, et surtout, garantir une longue tenue de la French Manucure. Tout d’abord, il convient de se couper les ongles à la longueur souhaitée. Généralement, on recommande d’avoir les ongles plutôt courts car le résultat d’une French Manucure est plus flatteur ainsi, mais carrés ou arrondis, vous avez carte blanche. Ensuite, l’idéal est de plonger ses mains dans un bain d’eau tiède auquel on ajoute quelques gouttes de jus de citron afin d’intensifier naturellement le blanc de l’ongle. Après quelques minutes, une fois la peau assouplie, il est temps de repousser les cuticules délicatement avec un bâtonnet de buis. Enfin, dernière étape préliminaire, le polissage qui permet de lisser la surface de l’ongle, d’éliminer les stries disgracieuses et de garantir une meilleure adhérence du vernis à ongles, et donc une tenue optimale. Après ces étapes, il ne faut pas oublier de bien hydrater ses mains en insistant notamment sur les cuticules. Parfois on recommande de tamponner délicatement un coton imbibé de dissolvant sur les ongles afin d’enlever les résidus de corps gras qui pourraient venir altérer la tenue de la manucure. Ensuite et seulement ensuite, les ongles sont prêts à recevoir une French Manucure digne de ce nom.

Dans un premier temps, on applique une base qui vient à la fois rehausser la couleur naturelle de l’ongle mais aussi faciliter la pose des couches de vernis à ongles qui vont arriver par la suite. Selon les formules, certaines bases permettent de fortifier les ongles fragiles et cassants ou encore de booster leur croissance, à vous de choisir celle qui vous convient le plus. Ensuite, vient la phase la plus importante, et la plus minutieuse, qui consiste à tracer une ligne blanche sur l’extrémité de l’ongle. Pour cela, plusieurs options s’offrent à vous : les stylos spécialement dédiés à la French Manucure, les stickers qui fonctionnent comme des pochoirs ou tout simplement un vernis à ongles (et une bonne dose de dextérité). Il convient de bien laisser sécher avant d’enlever les stickers au risque sinon d’obtenir un résultat peu soigné. Idem, avant d’appliquer une ultime couche de top coat, de préférence avec un effet brillant afin de garantir une manucure longue-tenue mais également de magnifier le travail réalisé, il faut attendre que les précédentes couches de vernis aient eu le temps de sécher. Certaines marques commercialisent des kits French Manucure prêts à l’emploi qui contiennent une base légèrement rosée, un vernis à ongles blanc ainsi qu’un top coat.

Ces dernières années, on a vu apparaître de nombreux dérivés de la French Manucure. Manucure bicolore, avec des teintes pastel ou flashy, duo contrastant en rouge et noir façon Louboutin, voire même inversé, c’est-à-dire avec la lunule (la tache claire circulaire à la base de l’ongle) vernies d’une teinte claire et le reste de l’ongle dans une teinte vive. Toutes les folies sont permises avec la French Manucure et ses dérivés.

Publié par dans Uncategorized sur 12 décembre 2015

Le peeling a pour objectif de donner un coup d’éclat au visage, de traiter les problèmes de pigmentation et de donner un effet anti-âge, en éliminant les couches superficielles de la peau via l’application d’un actif sur le visage. Le mot peeling vient de l’anglais to peel qui signifie éplucher en anglais. Tour d’horizon des différentes techniques, de la plus douce à la médecine esthétique.

1 – Le gommage maison

Le gommage dit mécanique consiste à éliminer les impuretés et les peaux mortes qui peuvent ternir le teint, avec des méthodes douces. Pour cela, on peut avoir recours à des recettes DIY de gommage à base de sucre, de bicarbonate de soude ou de marc de café par exemple. Il existe également dans le commerce des produits avec des micro-grains à utiliser de façon hebdomadaire afin de gommer superficiellement le visage. Toutefois, les gommages à l’inverse des peelings ne permettent pas d’éliminer les cicatrices, les taches de soleil ou autre problème de pigmentation, en profondeur.

2 – Analyse de la peau

La peau est constituée de différentes couches. En surface, on trouve l’épiderme qui est très fin, environ 0,02 mm d’épaisseur. Tandis qu’en dessous se trouve le derme. Un peeling permet d’éliminer les couches superficielles de l‘épiderme plus ou moins en profondeur, afin de booster la régénération des cellules ainsi que la production de collagène.

3 – Le peeling aux AHA

Les acides de fruits de type acide glycolique sont régulièrement employés dans les peelings pour éliminer en douceur la couche supérieure de la peau. Ce type de peeling doux estle plus répandu, il est notamment recommandé pour les personnes qui ont la peau métisse ou noire. En effet, les peelings plus abrasifs sont déconseillés lorsque l’on a une carnation foncée au risque sinon de voir apparaître des taches de dépigmentation.

4 – Le peeling à l’acide trichloracétique (TCA)

Ce type de peeling permet d’atteindre les couches supérieures de la peau de façon plus profonde qu’avec les acides de fruits. Par conséquent, avec la TCA il est possible d’éliminer plus en profondeur les taches et de traiter les problèmes de peau avec de meilleurs résultats. Le peeling au TCA doit être réalisé par un médecin esthétique, ou un dermatologue, avec toutes les précautions nécessaires. En effet, un mauvais dosage pour endommager la structure de la peau et causer des stigmates irréversibles. Les personnes ayant la peau fragile peuvent ressentir une chaleur désagréable lors de l’application de la TCA, qui est plus ou moins concentrée selon les besoins de la peau, voire même parfois une sensation de brûlure. C’est pourquoi il est fréquent d’appliquer une crème anesthésiante au préalable afin de limiter les désagréments.

5 – Le peeling profond

Réalisé par un médecin dermatologue, c’est une opération esthétique lourde qui demande une hospitalisation. Elle n’est pratiquée que dans des cas extrêmes, lorsque le patient souhaite éliminer des rides profondes ou des cicatrices en creux par exemple. En effet, l’application de phénol permet de brûler de façon profonde les couches supérieures de la peau afin d’encourager une production cellulaire intense. Si le résultat de ce peeling est spectaculaire, l’intervention demande environ 15 jours de convalescence et il faut attendre six mois pour voir les résultats définitifs.

6 – La cicatrisation

Selon les type de méthodes et d’actifs utilisés, les peelings peuvent entraîner une desquamation, des rougeurs voire un oedème durant les jours suivant la séance. Aussi, il est essentiel d’hydrater au maximum sa peau, parfois avec des crèmes cicatrisantes prescrites par le médecin, dans le cas des peelings au TCA notamment. Dans tous les cas, l’exposition au soleil est interdite dans les jours, voire les semaines et les mois, suivant la séance. C’est pourquoi il est préférable de réaliser un peeling durant l’hiver.

×
×
×
×