Acide hyaluronique

Publié par dans Uncategorized sur 12 décembre 2015 0 commentaires

Crèmes, peeling, lifting, injection, les solutions anti-âges sont nombreuses, pourtant parmi cette multitude d’options, l’acide hyaluronique serait selon certains spécialistes le meilleur des anti-rides. Il peut-être soit injecté par les dermatologues de façon locale, en guise d’alternative aux injections de botox; soit intégré dans la formulation d’un soin cosmétique. Acide hyaluronique vs botox, on compte les points.

Les injections d’acide hyaluronique

Chaque individu naît avec un stock d’acide hyaluronique, principalement concentré dans le derme. Or, avec les années, ce capital s’épuise sous l’effet conjoint de la surproduction de radicaux libres (pollution, rayons UV et tabac) et des années qui passent. On estime qu’à 50 ans un individu a déjà dépensé plus de la moitié de ses réserves en acide hyaluronique naturel. Alors lorsque sa concentration chute que faire ? Il est possible d’avoir recours aux injections d’acide hyaluronique afin de combler les rides et de lutter contre le vieillissement de la peau, sur le modèle des injections de toxine botulique (Botox). En effet, les scientifiques ont mis au point une substance de synthèse biodégradable qui permet de pallier au manque d’acide hyaluronique de la peau. L’avantage ? Ce type d’injections permet de booster la production naturelle de la peau en collagène ainsi qu’en acide hyaluronique. En effet, c’est un véritable cercle vertueux car au contact de la substance de synthèse la peau se remet à produire naturellement les molécules nécessaires au ralentissement de son vieillissement. La substance de synthèse se présente sous deux formes distinctes. Elle peut être soit réticulée, c’est-à-dire dense, ou non-réticulée et donc plus fluide. La première donne un résultat durable de six à neuf mois, mais avec un rendu plus figé et moins naturel. Tandis que la seconde permet un résultat plus discret mais se résorbe plus rapidement, environ trois mois. Certaines zones du visage sont particulièrement propices aux injections d’acide hyaluronique, comme les sillons naso-géniens, les rides du lion, le front ainsi que le pourtour des lèvres. Après la séance, les zones concernées peuvent rougir légèrement et gonfler; de petites croûtes apparaissent parfois, mais rien qui ne puisse être dissimulé avec un peu de maquillage. Toutefois, il est nécessaire d’éviter toute exposition solaire pendant quelques jours après l’injection. En comparaison avec la toxine botulique, le principal avantage de l’acide hyaluronique est d’être moins allergène et de produire un effet plus durable.

Les crèmes à l’acide hyaluronique

Côté soin cosmétique, l’acide hyaluronique de synthèse contenu dans les crèmes est moins concentré. Cependant, si l’effet est moins évident qu’avec les injections, certaines formules permettent de booster la production naturelle de collagène et d’acide hyaluronique, avec des résultats tout à fait probants. Ces crèmes ont pour effet d’apporter des molécules qui viennent combler l’espace entre les cellules afin de donner à la peau un aspect lisse et rebondi. Au-delà de son effet anti-âge, l’acide hyaluronique a un fort pouvoir hydratant. En effet, il permet de retenir l’eau dans les tissus, ce qui en fait un excellent agent dans les crèmes à destination des peaux déshydratées et ternes. Autrement dit, pas besoin d’avoir une peau mature pour utiliser un soin (sérum, crème voire masque) à base d’acide hyaluronique, en prévention il est adapté à toutes les peaux. Toutefois, les peaux sèches, qui ont besoin de gras et non d’eau, devront appliquer une crème épaisse en complément.

Doté d’un fort pouvoir anti-oxydant, l’acide hyaluronique est sans conteste un allié de poids pour lutter contre le vieillissement et la relâchement de la peau. Grâce à sa capacité à retenir l’eau dans les tissus, il permet également de lutter contre les ridules de dessèchement. A utiliser en prévention dès 25 ans pour prévenir et ralentir les effets du temps sur la peau.